123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

vendredi 2 octobre 2015

Grand Bec (Vanoise)

     En Vanoise, les villages de Pralognan et de Champagny sont séparés par une chaîne rocheuse qui s'étire d'Est en Ouest depuis l'Aiguille de l'Epena. C'est là que s'élève le Grand Bec qui en est l'élément le plus élevé. Par cette position privilégiée, il offre au Sud un panorama très étendu en direction du Vallon de Chavière et des sommets qui le bordent : Petit Mont-Blanc et Péclet-Polset à droite, Grand Marchet et Glaciers de la Vanoise à gauche, pour ne citer que ceux-là. Au Nord s'étirent le Sommet de Bellecôte, le Mont Pourri et au loin la chaîne du Mont-Blanc. Au départ du refuge du Plan des Gouilles, la voie d'ascension la plus classique emprunte le Glacier de Troquairou. Cette course de neige est considérée comme peu difficile, avec des pentes qui n’excédent pas 30°. Il est cependant possible d'en accroître sensiblement la difficulté en y ajoutant la traversée du Glacier des Volnets puis celle de la Pointe du Vallonnet, une arête rocheuse bien exposée par endroits.

Grand Bec et ses glaciers, depuis le Vallon de Champagny

      La montée au refuge en fin d'après-midi est rapide. La soirée se passera agréablement en compagnie du gardien et de quelques-uns de ses amis; la nuit sera tranquille car nous sommes les seuls alpinistes ce soir-là. Le départ est matinal comme toujours en pareil cas. La brume inonde la Vallon de Champagny et le jour se lève peu à peu, puis tout s'illumine soudainement sous la Pointe du Vallonnet. La traversée de l'arête se poursuit sans encombre, d'abord rocheuse puis en neige, jusqu'à finalement atteindre le sommet du Grand Bec. Le retour se fait en empruntant la Voie Normale d'ascension pour rejoindre le refuge et y prendre un bon repas en profitant du soleil de midi. Ensuite, c'est la descente vers la vallée pour gagner le refuge du Laisonnay. Elle sera longue car la flore est tellement abondante et diversifiée que les arrêts "photo" se succèdent sans relâche. Une bonne nuit de repos et c'est le départ le lendemain matin pour le refuge du Mont Pourri en prévision de son ascension.

Un aperçu de la flore

De gauche à droite et de haut en bas :

Pseudorchis blanc (Pseudorchis albida), Saxifrage faux bryum (Saxifraga bryoides), Géranium des forêts (Geranium sylvaticum), Joubarbe des montagnes (Sempervivum montanum), Bartsie des Alpes (Bartsia alpina), Véronique à feuilles de serpolet (Veronica serpyllifolia), Homogyne des Alpes (Homogyne alpina), Androsace à feuilles obtuses (Androsace obtusifolia), Orpin alpestre (Sedum annuum), Antennaire dioïque (Antennaria dioica), Benoîte rampante (Geum reptans), Marguerite des Alpes (Leucanthemopsis alpina), Bistorte (Bistorta officinalis), Pensée des Alpes (Viola calcarata), Rhododendron ferrugineux (Rhododendron ferrugineum), Benoîte des montagnes (Geum montanum), Myosotis des Alpes (Myosotis alpestris), Airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea), Laitue des Alpes (Cicerbita alpina), Saxifrage à deux fleurs (Saxifraga biflora), Alchémille des Alpes (Alchemilla alpina), Véronique fausse paquerette (Veronica bellidioides), Potentille dorée (Potentilla aurea), Arabette des Alpes (Arabis alpina), Bugle rampante (Ajuga reptans), Orchis moucheron (Gymnadenia conopsea), Renoncule des glaciers (Ranunculus glacialis), Valériane à trois folioles (Valeriana tripteris), Arnica (Arnica montana), Silène acaule (Silene acaulis subsp. exscapa), Silène des rochers (Atocion rupestre), Raiponce du Piémont (Phyteuma globulariifolium sp. pedemontanum), Adénostyle à feuilles d’Alliaire (Adenostyles alliariae), Saxifrage à feuilles rondes (Saxifraga rotundifolia), Gentiane printanière (Gentiana verna) & Trèfle alpin (Trifolium alpinum).

Juin 2009

Quelques photos illustrant cette sortie sont visibles ici.