123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

lundi 9 septembre 2013

Col et Roche de Corne Noire (Beaufortain)

     Après le Piémont et une sortie en Vanoise, c’est dans le Beaufortain que nous avons décidé d’effectuer une dernière randonnée en cette fin de période estivale. Après réflexion, nous avons opté pour un vagabondage dans les alpages, le secteur se prêtant bien à de telles sorties. Petit coup d’œil sur la carte pour dénicher un lac, un col, un sommet - ou les trois - en un lieu où les voies toutes tracées ne sont pas légions. Nous gagnons ainsi les hauteurs de Aime en empruntant initialement la route menant à Granier. A gauche toute avant La Thuile pour cheminer alors sur une route très étroite par endroits, offrant une visibilité incertaine, les nuages bas du récent orage n’arrangeant rien, et avec comme conséquence quelques belles frayeurs en raison de véhicules déboulant de manière soudaine et à vive allure. Départ frisquet dans la brume mais la météo annonçait une amélioration en cours de journée. Les prévisions se révèleront finalement correctes, offrant en effet une belle luminosité en fin d’après-midi.


Lac du Grand Gau depuis le Col de Corne Noire

     A la sortie du hameau de La Pesée, on se faufile entre les dernières maisons pour gagner les alpages. Après la piste, une trace bien marquée conduit au Lac de Sêcheron, qui se réduit en fait à un abreuvoir pour le bétail. On enjambe le ruisseau et on contourne, en remontant dans la combe, la croupe surmontée d’une croix. Les chalets de Sarpentant se découvrent alors. De là, c’est une progression à vue en direction du chalet des Mouilles, une zone qui porte bien son nom car particulièrement humide. Large piste ensuite vers le Boulissoir et le chalet de La Plagne. Au-delà, quelques ruines et chalets indiqués sur la carte devraient nous suggérer quand la quitter mais aucune trace sur le terrain. On s’engage néanmoins dans la combe qui abrite une flore particulièrement riche et mène au Lac du Grand Gau situé sous le Col de Corne Noire, d’où on gagne le sommet par une trace pentue. Retour par le même itinéraire - même si les possibilités sont multiples - jusqu’au Boulissoir avant de redescendre par les alpages après 5 h environ.


Août 2013

jeudi 5 septembre 2013

Lac de l'Etroit (Vanoise)

     Après avoir longtemps hésité à parcourir à nouveau les montagnes pyrénéennes ou crétoises, nous avons finalement opté cet été pour une terre qui nous était inconnue : les parcs naturels du Piémont. Cela ne nous a cependant pas empêché de finir le séjour en terrain connu : la Vanoise et le Beaufortain. Le temps était annoncé menaçant en cette première journée savoyarde et notre choix s'est donc porté sur une courte sortie, le Lac de l'Etroit, espérant ainsi échapper aux orages. Objectif pratiquement atteint puisque, même si nous avons essuyé les premières gouttes, les fortes pluies de l'après-midi ont pu être évitées. Situé sur les hauteurs de la Vallée du Ponthurin, on peut y accéder de 3 manières différentes, chacune correspondant à un dénivelé spécifique : le Tovet (400 m), Les Lanches (750 m) et Nancroix (850 m). Le 1e et le 3e itinéraires, en partie communs, présentent cependant une pente nettement plus accusée permettant une ascension rapide mais qu'il est préférable d'éviter à la descente.

Lac de l'Etroit

     Dans ces conditions et pour bénéficier des plus belles perspectives, la meilleure option consiste à effectuer le tracé en boucle au départ de Nancroix. Pour ce faire, il convient de traverser le Pont Romane enjambant le Ponthurin, puis de prendre à droite et immédiatement à gauche pour remonter en forêt. Le sentier est souvent raide et dégradé par endroits. On rejoint la bifurcation menant au Tovet et on poursuit la montée, la pente ne s'adoucissant véritablement qu'à l'approche du lac. On contourne alors celui-ci par la gauche pour rejoindre l’épaule au milieu des alpages et on entame ensuite la descente vers les Grandes Baraques. On poursuit la descente en forêt jusqu’à atteindre la piste, d’où on prend à gauche pour rejoindre le point de départ après 3-4 h. Alternativement, avant de rejoindre la piste, on emprunte à gauche un sentier menant à l’ancienne mine de plomb. Le tracé suit initialement les courbes de niveaux avant de redescendre finalement vers la piste, d’où on rejoint le Pont Romane.

Août 2013