123Gravir/LeBlog


Itinéraires et récits relatifs à des sorties passant du Nord au Sud par la Hesbaye, le Condroz, l'Ardenne, les Vosges, le Jura, le Chablais, le Mont-Blanc, le Beaufortain, la Vanoise, les Alpes Grées, le Piémont, le Val d'Aoste, le Haut-Languedoc, la Crête ...

jeudi 3 mai 2018

Jesselberg (Alsace)

     Les pelouses calcaires, en raison de la nature du substrat, sont soumises à d'importantes variations thermiques et hydriques. Elles abritent de ce fait une végétation originale accompagnée d'un cortège d'animaux variés, à commencer par la faune lépidoptérique. Après de fréquentes visites des pelouses du Condroz, comme celle de la Réserve du Furfooz ou du Jura, comme celle de la Roche de Hautepierre, ce sera au tour de l'Alsace. Des collines calcaires, adossées à la montagne vosgienne, s'y étendent en effet sur une largeur moyenne de 5 km à des altitudes inférieures à 500 m. Ces calcaires ont été déposés durant l'ère tertiaire lors d'épisodes d'avancées marines d'un bras de la Méditerranée. Ainsi en est-il de la colline du Jesselberg située près de Soultz-les-bains.

Orchis pourpre (Orchis purpurea) dans les pelouses du Jesselberg

     L'itinéraire s'oriente vers le Sud-Ouest en direction du terrain de manœuvre du fort de Mutzig. Dénommé à l'origine Feste Kaiser Wilhelm II, cet ouvrage militaire fut construit à par les Allemands à la fin du XIXe siècle. Le sentier permet d'atteindre la Fontaine de Kaltebrunne, dont l'existence remonterait au XVIIe siècle, avant de pénétrer en forêt. On gagne alors sur les hauteurs le sentier qui parcourt la colline sur toute sa longueur,. Il domine les diverses parcelles de pelouses calcaires où abondent plusieurs espèces d'Orchidées, en particulier les Orchis pourpre et militaire. Avec un tracé de 6 km et un dénivelé de 150 m environ, il s'agit donc plutôt d'une balade que d'une randonnée d'envergure. Mais l'objectif est ici bien différent ...

Pelouse, Fontaine de Kaltebrunne, Orchis militaire, Holzbrunnen, Muscari négligé

Avril 2018

vendredi 13 octobre 2017

Bel Oiseau (Aiguilles Rouges)

     Contrairement à ce que l'on pourrait croire et même si nous avons eu la chance d'y apercevoir un Aigle royal, l'oronyme "Bel Oiseau" ne désigne pas un joli rapace mais tout simplement un rocher élevé. De ce promontoire qui domine le Lac d'Emosson, on jouit en effet d'un superbe panorama, en particulier sur le massif du Mont-Blanc. On s'y rend en franchissant le Col des Montets, qui constitue un point de départ vers les Lacs des Chéserys, puis la frontière franco-suisse, pour rejoindre par une petite route en lacets les abords du barrage. Construit dans les années '70, ce lac s'étire sur plusieurs kilomètres au pied du Pic de Tenneverge, sur le versant opposé au Cirque du Fer-à-Cheval. L'itinéraire débute par la traversée d'un long tunnel avant de remonter les pentes par l'Ouest.


Panorama de l'Aiguille du Tour à l'Aiguille verte au retour du Bel Oiseau


     Au lendemain du "Bout du Monde", nous décidons de gagner le sommet du Bel Oiseau en dépit d'une météo peu engageante. De la piste longeant le lac, nous entamons la montée en suivant un étroit sentier non balisé mais où les cairns sont présents en nombre. Il permet de rejoindre un petit col d'où on gagne le sommet par la droite en cheminant parmi les éboulis. Le point le plus élevé est cependant représenté par un autre sommet, un peu plus au Nord, auqueul on accèdera depuis le col en cheminant parmi les alpages où fleurissait encore la Gentiane des Alpes. Le ciel, bien bouché lors de la montée, s'est heureusement dégagé par la suite, offrant ainsi de belles perspectives sur l'ancien cirque glaciaire d'Emosson, le Mont Buet, les sommets du Valais et la chaîne du Mont-Blanc.


Tunnel et barrage, Callune sur fond de Grand Mont Ruan, Mont-Blanc, Lac d' Emosson

Août 2017